Àvant la nuit barbare III: À la recherche d’un éditeur II.

Continuation

Théo Varlet connaît un début d’année 1928 très difficile à Paris. Si matériellement, cest satisfaisant – vu les commandes de traductions obtenues(38), il se montre profondément désenchanté face aux échecs rencontrées tout au long de ses démanches. Son bilan est clair:

…cest la faillite des prévisions que javais présomptueusement échafaudées. Il est fort possible que, pour finir, je men retourne avec mes trois manuscrits de Christus dans ma valise – un refusé au Figaro (car Patin, sil fixe hypothétiquement sa parution à mars, ne la toujours pas lu), un refusé à la NRF (pas encore de réponse) sans compter le 3ème encore entre les mains du farceur Noel Sabord, complice de lhyper-farceur Fréderic. Je nai plus de nouvelles de lun ni de lautre depuis plus de 15 jours, et ne les désire pas; je me contenterai daller récupérer mon MS, les derniers jours(39).

Malgré le fait que Patin lui assure qu’il a passé le manuscrit de Christus Vincit à un nouveau lecteur et qu’il lui “rendra réponse bientôt(40), Varlet partira de la Ville lumière sans aucun succès:

Rien décidé à la N.R.F. pour C.V. Pas vu Lefèvre qui ne répond pas à mes demandes de rendez-vous, depuis 10 jours. Quant à Sabord, je lui redemanderai simplement mon MS (quil na pas dû ouvrir) pour essayer de le faire lire chez Michel…(41)

Nouvellement installé à Cassis, les mauvaises nouvelles ne tarderont pas à lui arriver:

Les deux copies de CHRISTUS qui étaient, lune à la NRF, lautre á la Nouvelle Société dÉditons, mont été retournées avec des excuses toutes honorables(42).

Il se laisse gagner par le désarroi:

“…jai bonne envie de classer au grainier une fois pour toutes ce manuscrit de malheur. Ça fera un inédit pour plus tard…(43).

Et lorsquil prend du recul une triste constatation  lui apparaît en pleine figure:

Je ne suis pas encore là de gagner «ma vie» avec des œuvres personnelles, même adaptées au goût du public(44).

Il importe maintenant dempêcher autant que possible la circulation des rumeurs concernant son fiasco; il fait savoir ainsi à Jules Mouquet:

Vous agissez confortablement à mon désir, en ne publiant les échecs de Christus. Je laisse croire également à ceux qui minterrogent, que «ça marche», lentement comme il sied, mais sûrement. Si le bouquin paraît un jour, ils verront bien quel éditeur(45).

Car sa situation économique précaire ne lui permet pas de jetter léponge. Il pense alors aux éditions Taillandier:

Ce sera ma dernière ressource. Car là, ils prennent «tout», me dit Postif(46), qui est plus familiarisé que quiconque avec les éditeurs parisiens. Je lai mis au courant (en partie, et lui demandant la discrétion…) des échecs rencontrés chez Plon et à la NRF. Et je lui demande dessayer de placer le MS, aux mêmes conditions businesques quil place certaines de mes traductions. Par ailleurs, je tente la chance, avec un autre MS (car sur les deux il y aura sûrement un refus au moins) chez Albin Michel. Il va sans dire que je ne compte plus sur le Figaro. Patin fait le mort, et je ne lui demande rien. Cette copie peut dormir là sans inconvénient, pour le moment (47).

Il ne pourra pas non plus compter sur Albin Michel car cette maison d’édition lui refusera aussi la publication de son ouvrage:

A. Michel nas pas traîné à me répondre au sujet de Avant la nuit barbare (C.V.). Refus, comme de juste”(48).

Un mois plus tard, le 15 avril 1928, les nouvelles transmises à Jules Mouquet continuent dêtre catastrophiques:

Normandy(49) mavait promis de veiller, chez Michel, à ce que la décision ne traînât point. Et en effet, jai eu réponse en moins de 15 jours. Le refus de Michel semble avoir piqué dhonneur ledit Normandy, qui soffre à présenter le manuscrit chez Flammarion, en le recommandant spécialement au lecteur, Marcel Berger, son ami, dit-il. Il sengage à «faire tout pour que ça réussisse»”(50).

Cest peut-être son indépendance farouche qui le pousse à dire au sujet de Georges Normandy:

Bien que je perçoive nettement la dose dhumiliation qu’il y a à devoir une «éventuelle» acceptation à un Normandy, jai accepté son offre – «à charge de revanche», ai-je très nettement spécifié; jen serai donc, si cela se fait par lui, pour quelque apologie de Normandy. Couleuvre à avaler(51).

Le destin voudra que ce soit précisément lui, Georges Normady, qui soit appelé à être l’éditeur de Cristus Vincit, mais pas en volumes, tel que nous allons le voir.

Dautre part – continue Théo Varlet – Postif, sous des éloges inévitables, me laisse entendre que ce roman «historique» ne sera pas commode à placer. Je vous avoue que léchec de ce bouquin me dégoûte profondément(52).

Leffet que cette suite de revers a sur lensemble de son œuvre personnelle est démolissant. Après une longue attente de quelques neuf mois, Varlet avoue tout franchement:

“…il y a déjà trop longtemps que je reste sur léchec du malencontreux Christus(53). Ce sinistre bouquin manuscrit «bloqué» a démoralisé mon goût de production personnelle depuis un an. Je ne puis cependant continuer à moudre des traductions dinepties, sous un pseudonyme, à perpétuité. Il faut que je sorte un nouveau roman, publiable. Et la rage accumulée au cours de ces longs mois de besogne inferieures a, je le sens, mis au point une réaction que Paris doit déclencher(54).

Car il sagit à pressent de se déplacer à nouveau à Paris et de prendre le dossier en main pour mettre fin à l’immobilisme dont il est l’objet. Durant cet autre séjour de deux semaines, les dernières du mois de décembre 1928, Varlet a entre autres l’intention de rencontrer le poète Armand Godoy(55) si, comme il me paraît probable daprès leur silence prolongé, ni Tallandier ni Ferenzy ne marchent(56).

À suivre…

38, 39- Lettre de Théo Varlet à Jules Mouquet. Paris, 5 janvier 1928. Bibliothèque municipale de Lille. Médiathèque Jean Levy. Fond Jules Mouquet, dossier MS C 195 II – 198.

40, 41- Lettre de Théo Varlet à Jules Mouquet. Paris, 25 janvier 1928. Bibliothèque municipale de Lille. Médiathèque Jean Levy. Fond Jules Mouquet, dossier MS C 195 II – 204.

42, 43- Lettre de Théo Varlet à Jules Mouquet. Cassis, 5 mars 1928. Bibliothèque municipale de Lille. Médiathèque Jean Levy. Fond Jules Mouquet, dossier MS C 195 II – 210.

44, 45- Lettre de Théo Varlet à Jules Mouquet. Cassis, 12 mars 1928. Bibliothèque municipale de Lille. Médiathèque Jean Levy. Fond Jules Mouquet, dossier MS C 195 II – 211.

46- Luis Postif (1887-1942): Traducteur d’Agatha Crhistie et Jack London. Il a travaillé en collaboration avec Théo Varlet sous le pseudonyme collectif de Richard de Clerval, notamment pour la traduction de la série de romans “Le loup solitaire”, de l’écrivain nord-américain Louis Joseph Vance. Il semble également avoir été l’agent littéraire de Théo Varlet pour toutes les questions liées à une partie de ses traductions personnelles.

47- Lettre de Théo Varlet à Jules Mouquet. Cassis, 12 mars 1928. Bibliothèque municipale de Lille. Médiathèque Jean Levy. Fond Jules Mouquet, dossier MS C 195 II – 211.

48- Lettre de Théo Varlet à Jules Mouquet. Cassis, 5 avril 1928. Bibliothèque municipale de Lille. Médiathèque Jean Levy. Fond Jules Mouquet, dossier MS C 195 II – 215. À noter qu’il est la premier fois que Cristus Vincit apparaît sous le nouveau titre d’Avant la nuit barbare. On ne connaît pas la raison de ce changement.

49-Georges Normandy (1882-1946): De son vrai nom Georges Charles Segaut. Écrivain, dramaturge et critique littéraire. Il a été collaborateur à La Revue contemporaine et assuma la direction de la revue La France active.

50, 51, 52- Lettre de Théo Varlet à Jules Mouquet. Cassis, 15 avril 1928. Bibliothèque municipale de Lille. Médiathèque Jean Levy. Fond Jules Mouquet, dossier MS C 195 II – 216.

53- Lettre de Théo Varlet à Jules Mouquet. Cassis, 8 octobre 1928. Bibliothèque municipale de Lille. Médiathèque Jean Levy. Fond Jules Mouquet, dossier MS C 195 II – 230.

54- Lettre de Théo Varlet à Jules Mouquet. Cassis, 8 décembre 1928. Bibliothèque municipale de Lille. Médiathèque Jean Levy. Fond Jules Mouquet, dossier MS C 195 II – 233.

55- Armand Godoy (1880-1964): Poète d’origine cubaine très attaché au Parnasse et au symbolisme. Il fut aussi un collectionneur d’ouvres d’art et un grand bibliophile. Il maintient quelques années durant une assez proche relation avec Theo Varlet, qui ne manquera pas de donner à certaines revues littéraires des articles très élogieux à son égard.

56- Lettre de Théo Varlet à Jules Mouquet. Cassis, 8 décembre 1928. Bibliothèque municipale de Lille. Médiathèque Jean Levy. Fond Jules Mouquet, dossier MS C 195 II – 233.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :